Bach – Mendelssohn

Conversation de 2 compositeurs sur le sens de la vie

A quoi sert l’art, dans notre monde constamment bouleversé ? L’art divertit, oui, mais il fait bien plus : c’est sans doute le seul espace où les émotions sous toutes leurs formes, y compris la douleur et les peurs, peuvent à la fois s’exprimer et être transformées, par la beauté.

Deux compositeurs majeurs incarnent puissamment cette idée : Jean-Sébastien Bach, notamment dans son fameux « Actus tragicus », où la musique opère une véritable transfiguration de la peur de la mort, et Félix Mendelssohn, dans ses impressionnants Psaumes a cappella.

On associe souvent ces 2 compositeurs pour des raisons historiques et musicologiques, étant donné la dévotion et la filiation musicale qui lient Mendelssohn à Bach. Ici, le programme se penche sur leurs liens plus profonds, philosophiques et spirituels : ce n’est pas une simple juxtaposition de pièces mais un tissage d’extraits de cantates, de grands motets a cappella et de pièces d’orgue, qui forme une véritable conversation entre Bach et Mendelssohn, à 100 ans de distance. Chacun dans son époque, avec son langage et son attachement spirituel, ils se penchent sur le même sujet — le sens de la vie et son issue inévitable — en explorant les mêmes textes : des psaumes ou leurs méditations qui disent, chantent ou crient toutes nos émotions humaines, toujours très actuelles. Ainsi, leurs œuvres illustrent de façon saisissante les moments de souffrance que nous vivons tous ; puis, suivant le chemin inscrit dans les psaumes et leur méditation, elles ouvrent une porte lumineuse vers un au-delà, un lieu d’exploration nouveau pour l’imaginaire et la spiritualité de chacun. Les œuvres pour orgue seul complètent ce chemin vers l’indicible.

Pour amener ces trésors baroques et romantiques au plus proche des gens d’aujourd’hui, les 8 voix de l’Ensemble La Sportelle seront accompagnées par Emmeran Rollin sur l’Explorateur, le tout nouvel orgue transportable d’Yves Rechsteiner. Concentré de technologies de pointe et de jeux d’orgues anciens, cet instrument se déploie au sol avec ses quelques six cents tuyaux : il s’adapte à chaque lieu, créant un espace scénique inédit et une spatialisation orchestrale du son, à laquelle répond la spatialisation des chanteurs. Les transcriptions des parties instrumentales des cantates de Bach sont créées directement pour l’Explorateur, assurant une orchestration unique. A cela s’ajoute une création lumière. Le tout plonge le public dans un concert immersif, qui est adapté en église, salle de spectacle mais aussi tiers-lieux et extérieurs. C’est une manière complètement renouvelée d’entendre Bach et Mendelssohn, de percevoir la grandeur et l’intimité de leur dialogue qui nous raconte, au fond, la soif de paix et de beauté qui traverse les siècles et nous relie.

Programme pour 8 voix et l’orgue mobile l’Explorateur


Durée : 1h20



Distribution

Ariane Wohlhuter, Laetitia Corcelle, sopranos
Anne Bertin-Hugault, Marie Camillieri, altos
Steve Zheng, Thibault Givaja, ténors
Cédric Baillergeau, Xavier Bazoge, basses
Emmeran Rollin, orgue
Laetitia Corcelle, direction musicale

PROGRAMME
FÉLIX MENDELSSOHNMein Gott, warum hast du mich verlassen ?, 8 voix a cappella
JEAN-SÉBASTIEN BACHSinfonia BWV 4, Orgue seul (transcription)
Den Tod niemand zwingen kunnt’ BWV 4, soprano, alto et orgue
Fugue BWV 849, Orgue seul
FÉLIX MENDELSSOHNAus tiefer Not schrei ich zu dir, 8 voix a cappella, verset ténor solo et orgue
JEAN-SÉBASTIEN BACHNun komm der Heiden HeilandBWV 659, Orgue seul
FÉLIX MENDELSSOHNMitten wir im Leben sind, 8 voix a cappella
JEAN-SÉBASTIEN BACHIch ruf zu dir, Orgelbüchlein BWV 639, Orgue seul
Gottes Zeit ist die allerbeste Zeit
6°, 7°et 8°mouvements BWV 106, SATB  et orgue (transcription)
FÉLIX MENDELSSOHNSonate VI, Allegro, Orgue seul
JEAN-SÉBASTIEN BACHKomm, Jesu, komm BWV 229, SATB  et orgue (transcription)